La vie en Château-Fort

Onglets principaux

Le Château est le symbole de la seigneurie.

Il se dresse là où l'on peut surprendre et épier sans risque d'être soi-même épié ou surpris : escarpement, crête abrupte... Sa disposition intérieure et sa silhouette nous sont familières : fossés, remparts, tours crénelées, coursières, chemins de ronde, encorbellement, machicoulis, bretèches, pont-levis, herse, poterne, échauguettes, sont des mots qui sont restés dans notre mémoire...

Les châteaux que nous visitons aujourd'hui sont presque tous postérieurs au douzième siècle. Ce sont des chefs-d'oeuvre d'architecture militaire contre lesquels on mettait en oeuvre une machinerie compliquée, une artillerie à ressort de balistes et de catapultes, des béliers, des tours roulantes et qui succombèrent sous les coups de l'artillerie à feu.

Primitivement, ils étaient moins orgueilleux. C'étaient de grandes bâtisses de bois hissées sur une motte artificielle protégées par un fossé et par une palissade. A la fin du dixième siècle seulement l'armure commence à se faire de pierre. C'était une enceinte de maçonnerie dominée à un des angles par une tour massive, le donjon, où habitait le seigneur. On accède au donjon par une porte étroite ouverte à la hauteur du premier étage et communicant avec le sol par un pont volant appuyé sur le talus du fossé.

Imposé par la guerre, le château est fait pour la guerre : forteresse, refuge et magasin à la fois. A l'approche du danger, les paysans viennent s'y enfermer avec leur bétail. Quarante villages parfois trouvent asile dans la même enceinte. Le chroniqueur Lambert nous a laissé la description du château qu'Arnoult, seigneur d'Ardres, se bâtit en 1099.

Il se composait de deux bâtiments : une grosse tour à trois étages et une maison annexe. Au rez-de-chaussée de la tour, les celliers et la grange ; au premier la salle, la pièce essentielle où se célèbrent fêtes et banquets, où se réunissent les vassaux et où se tient le tribunal, la chambre du châtelain et de la châtelaine, un retrait pour les chambrières, un dortoir pour les serviteurs, et enfin dans un angle séparé de la grande chambre, un réduit pourvu d'une cheminée qui sert de cabinet de toilette et où l'on tient au chaud les petits enfants. Enfin, tout en haut, le dortoir des jeunes gens, celui des filles, les niches des guetteurs.

Les communs comprennent une porcherie, un poulailler, des écuries, des cuisines, des chambres pour les serviteurs. D'un côté, la salle communique de plain-pied avec les cuisines, de l'autre avec la chapelle.

Les fenêtres sont fermées par des chassis de toile huilée et par des volets de bois plein. L'usage des vitraux sera lent à se répandre : c'est une rareté réservée aux églises. Pas de tapis à terre, mais selon le temps et la saison le sol est garni de verdure fraîche, d'herbes sèche ou de paille. En hiver, on s'entasse à la cuisine. Le feu y flambe en permanence, la buée qui s'échappe des marmittes entretient une atmosphère chaude et lourde. Peu de meubles et forts grossiers : des lits, des coffres, des tables, des escabeaux, des bancs, quelques sièges d'apparat surélevés composent l'ensemble de ce mobilier.